Fermer

MOBILISEZ-VOUS
POUR VOTRE RADIO CHRÉTIENNE !

Témoignages des évêques

Mgr Denis Moutel, Evêque de Saint-Brieux et Tréguier : « RCF nous donne de la Joie. Et ce qui nous donne de la Joie c’est d’écouter nos frères humains raconter ce qu’ils ont dans le cœur, comme peine parfois, mais aussi comme beauté et je pense que RCF dans de nombreux reportages et entretiens se portent beaucoup là-dessus. Moi j’aime bien écouter RCF et je suis un grand adepte du podcast pour écouter RCF en différé, quand j’ai une longue route. RCF c’est la Joie de l’Homme écouté, regardé, aimé dans sa dignité, dans toutes les composantes de sa vie, joyeuses mais aussi souffrantes. La prière aussi est présente et c’est vraiment important. J’écoute aussi mes frères évêques dans Paroles aux Eglises et je trouve que c’est une manière intéressante de sentir tous ceux qui nous écoutent, de les aimer, de trouver le mot juste pour leur donner de l’Espérance, de la confiance et de la Joie. »

Mgr Jean-Pierre Batut, Evêque de Blois : « Pour avoir longtemps collaboré avec RCF national en tant qu’évêque auxiliaire de Lyon, je n’ai pas à être convaincu de l’importance de ce media dans la vie de l’Eglise en France et bien au-delà de la vie de l’Eglise d’ailleurs puisque RCF est écouté comme chacun sait non seulement par des Chrétiens mais aussi par des non-Chrétiens et des incroyants, avec une exigence de profondeur dans la réflexion, et je trouve que soutenir RCF c’est soutenir une cause très importante aujourd’hui pour l’information, pour la liberté de l’information et pour la réflexion dans l’information. »

Mgr Luc Crépy, Evêque du Puy en Velay : « Je crois qu’au niveau des Chrétiens, on parle de Bonne Nouvelle et si la nouvelle n’est pas annoncée, ce n’est plus une nouvelle ! La Bonne Nouvelle doit être annoncée, je dis ça de façon un peu caricaturale mais je pense que dans la pluralité de notre société, c’est bon que les religions puissent d’une certaine manière aussi faire entendre leur voix. Je pense que pour un bon nombre de chrétiens et de catholiques, avoir une radio comme RCF permet de se former, de prier. Une société avec une belle laicité, c’est une société où on respecte chacun et où chaque religion a sa place. Une radio chrétienne contribue à ce que le catholicisme et plus largement la religion chrétienne ait sa place dans le concert des voix qu’on entend aujourd’hui. »

Mgr David Macaire, Archevêque de Fort de France : « Je suis un homme de radio, je suis tombé dedans quand j’étais adolescent, d’abord dans la radio locale de Martinique, puis différentes radios en métropole, notamment RCF Bordeaux. J’ai participé ou réalisé des émissions. La radio c’est le media qui nous permet, que nous soyons en voiture, dans notre lit, sous la couette, en faisant du repassage ou la cuisine, d’être branché ! Au sens propre. D’être branché, en communion avec d’autres. On a ce lien, surtout dans un réseau comme RCF, avec la radio locale, quasi familial, qu’on n’a pas avec la télé. La radio c’est quelqu’un qui nous parle, dont on connait la voix. On ne voit pas toujours le visage et tant mieux parfois ! ça nous permet d’avoir une relation plus proche. Et dans un point de vue chrétien, je vais vous donner un exemple : un jour j’étais en voiture entre Paris et Bordeaux et j’ai eu la grâce d’avoir tout le long un réseau chrétien, d’être accompagné par des frères. En plus c’était dans la nuit. Il y a tellement de gens qui sont seuls, on pense aux personnes dans les hôpitaux, en prison, les personnes seules. Mais le chrétien, qui est parfois seul à être chrétien ! Il est professionnel, commercial, il est dans sa voiture, il a un moment où il peut écouter une halte spirituelle, un journal chrétien, une émission de réflexion… C’est essentiel, surtout aujourd’hui où la solitude et le sentiment de solitude est l’un des principaux grignoteurs de notre Espérance Chrétienne ! On désespère d’être seul et soudain la radio nous rejoint là où nous sommes, plus que d’autres médias. Et dans mon diocèse, la radio a été l’un des facteurs de réveil spirituel il ya quelques années et continue à maintenir ce réveil spirituel en Martinique »

Mgr Pascal Roland, Evêque de Belley-Ars : « Personnellement lorsque j’ouvre ma radio quelque soit l’heure, je tombe toujours sur quelque chose qui m’intéresse, quelque chose qui m’ouvre l’esprit, qui m’ouvre le cœur et ça serait vraiment dommage que ça ne puisse plus exister. Je tiens beaucoup à ce que les auditeurs participent généreusement pour que la radio puisse continuer à se développer. »

Mgr Jean-Luc Brunin, Evêque du Havre : « Il me semble qu’on a parfois des difficultés à faire entendre dans les médias la spécificité du message que porte l’Eglise. Parce que c’est difficile d’avoir l’intelligence de ce message. Des gens cherchent peut-être à calquer ce qui se vit dans l’Eglise dans des grilles de lecture un peu politique, par rapport à ce qui s’est vécu au Synode par exemple, entre le camp des progressistes, des conservateurs, des gagnants, des perdants. Je crois qu’un media chrétien qui essaie de comprendre de l’intérieur tout en portant le souci de facilité la communication du message, je crois que c’est essentiel. »

Mgr Dominique Rey – Evêque de Fréjus-Toulon : « Il me semble important que l’Eglise puisse disposer de moyens de communication qui s’adressent à la pensée, à la réflexion et au cœur de nos contemporains. La radio est un instrument privilégié qui, en plus, s’inscrit dans un réseau où chaque radio est bien implantée dans un territoire, une culture, une histoire. Quelque chose qui permet une évangélisation, une pensée, une réflexion. »

Mgr Marc Aillet, Evêque de Bayonne, Lescar et Oloron : « RCF est moyen d’évangélisation, un moyen de faire réfléchir les gens, de les mettre en lien les uns avec les autres au sein de l’Eglise et de rejoindre des auditeurs qui ne sont pas dans l’Eglise et qui peuvent entendre un discours qui est toujours d’actualité et qui apporte une vraie lumière pour la vie des gens qui sont en attente souvent dans leurs questions existentielles de réponses pour leur vie. »

Mgr Hervé Giraud, Evêque de Soissons : « C’est très important d’être présent : quand le matin on allume sa radio, on a l’Evangile du jour, on a des explications sur l’actualité, sur la proximité aussi. Cela caractérise les radios chrétiennes en France : c’est d’apporter un regard de foi, évangélique sur l’actualité. »

Mgr Bernard-Nicolas Aubertin – Archevêque de Tours : « Je trouve qu’il est très important que nous ayons une vision chrétienne, une lecture chrétienne de ce qui fait la vie de notre temps. IL y a un certain regard, une certaine façon de parler des événements, de les analyser, de les communiquer, de les transmettre, de les commenter. Je crois que, pour moi, une radio qui se dit chrétienne, a toute sa pertinence et son importance dans le monde d’aujourd’hui. »

Mgr Laurent Ulrich - Archevêque de Lille : « RCF, c’est un lieu de liberté, dans une société où parfois on est un peu formatés sur les opinions. Notre réseau de radios chrétiennes n’est pas lié financièrement à de grands groupes mais à ses donateurs. Nous pouvons dire librement dans le monde qui nous entoure des positions, introduire des débats, ouvrir une profondeur spirituelle qui n’est pas toujours servie par d’autres medias. Il y a des enjeux forts ! »

Monseigneur Pierre D’Ornellas – Archevêque de Rennes : « Il est tellement important que la parole de l’Evangile soit dite au micro pour que la Paix soit transmise et accueillie dans les cœurs, dans les familles, chez les personnes âgées, les jeunes, chez les personnes qui travaillent… Il est tellement important que la parole de l’Evangile soit une promesse de bonheur qui soit dite au micro, de telle manière que cette promesse rejoigne le cœur de tant de personnes croyantes ou non, qui aspirent au bonheur et qui cherchent Dieu. »

Mgr Pierre-Marie Carré – Archevêque de Montpellier : « Une radio comme RCF est utile et nécessaire pour manifester une voix différente des autres. Je crois qu’elle va au cœur des sujets, montre un sens et ouvre à l’Evangile et à la présence du Seigneur. Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles écoutent RCF dans leur voiture, en allant au travail ; ça les éclaire, leur ouvre l’horizon. Et puis il y a aussi toutes les personnes qui ne peuvent pas sortir de chez elles, pour qui c’est important d’avoir une ouverture sur l’universel. »

Mgr Michel Santier – Evêque de Créteil : « Le regard des chrétiens sur la société est inspiré de l’Evangile. C’est une source de réflexion qui a quand même inspiré l’histoire et la patrimoine de notre pays. Alors si nous n’entendions pas la voix des chrétiens à travers les medias chrétiens ouverts à tous via cette radio œcuménique, il manquerait quelque chose à la société française. »

Mgr Hippolyte Simon – Archevêque de Clermont-Ferrand : « C’est important pour les catholiques mais aussi pour les citoyens français car dans l’état actuel du paysage audiovisuel français, j’ai fait l’expérience d’être à plusieurs reprises, censuré par de « grands medias nationaux ». Autrement dit, si l’on veut s’exprimer librement et donner l’originalité du point de vue de l’Evangile, il est important que l’Eglise ait une radio comme RCF pour faire entendre une voix discordante, voire dissidente par rapport au formatage des grands medias nationaux. »

Mgr Jean-Pierre Grallet, Evêque de Strasbourg : « Il est important que notre voix se fasse entendre et que vous tendiez votre micro à tous ceux qui ont parfois du mal à parler, et que vous soyez la voix des pauvres, la voix de toute personne de bonne volonté, que cette voix soit donnée à tous les chrétiens, et que les chrétiens offrent leur micro à tous ceux qui ne sont pas chrétiens, dans un esprit de dialogue. Il est bon de se rappeler que vous êtes des artisans de la vérité, et la vérité c’est un chemin de fraternité, la vérité nous rendra libres. »

Mgr Bernard Housset, Evêque de La Rochelle : « Je constate que RCF est vraiment un très bon acteur de l’évangile, parce que c’est une radio animée par des gens compétents, parce que c’est une radio très ouverte, elle essaie d’interviewer des gens très différents, elle est très pluraliste, elle va sur le terrain, elle est au service de la bonne nouvelle, et elle veut montrer que si nous sommes amenés à affronter beaucoup de difficultés dans beaucoup de domaines, elle veut être justement témoin de tous ces hommes et ces femmes, ces jeunes adultes qui essaient d’aller de l’avant. »

Mgr Vincent Jordy, Evêque de Saint-Claude : « J’ai été Evêque auxiliaire à Strasbourg où l’on n’avait pas RCF, et j’ai bien senti en arrivant dans le Jura qu’il y avait quelque chose comme une parole de la famille de l’Eglise qui circule dans tout le département. Et puis j’ai aussi senti combien il y avait cette importance de pouvoir aussi rejoindre tous les hommes et femmes de bonne volonté, d’enrichir leur vie, leurs relations, leur réflexion pour les aider à vivre. Donc je crois vraiment qu’il y a cette richesse d’une parole qui rejoint chacune et chacun et leur permet de faire partie d’une société, d’un corps, et de l’Eglise aussi. »

Mgr Stanislas Lalanne, Evêque de Pontoise : « Il y a d’abord une complémentarité entre les radios non confessionnelles et confessionnelles où l’on peut prendre plus de temps, pour expliciter la position de l’Eglise, pour avoir un regard chrétien sur l’actualité, et je trouve que ces médias chrétiens, en particulier RCF, d’abord que vous êtes des professionnels et je vois que toute l’équipe de RCF est à la fois accrochée au cœur, et en même temps a des compétences professionnelles et l’amour de l’Eglise. Et ça, je pense que ce sont les ingrédients d’une bonne radio chrétienne. »

Mgr André Marceau, Evêque de Nice : « Lorsque je reçois des témoignages de personnes qui ont entendu telle émission, telle interview, mais aussi qui ont entendu des moments de prière, auxquels ils se sont joints, et qui dans leur cuisine ou bien dans leur chambre quelques fois, s’ouvrent des horizons. Et bien je crois que notre média RCF est ce média qui rejoint énormément de personnes jusque dans les voitures pour dire « toi tu n’es pas seul. Toi tu es chrétien ou tu l’es moins, écoute cette parole, elle est pour toi, elle te rejoint, et cette parole c’est vrai qu’elle est éclairée par la bonne nouvelle de l’Evangile. »

Mgr Ravel – Evêque aux armées : « Parce qu’il nous faut aussi avoir une parole totalement libre et si nos auditeurs donnent, c’est précisément pour que nous ayons des radios libres, des radios ou d’autres medias chrétiens ou catholique libres. La liberté a un prix, mais elle a toujours eu un prix. Alors j’ai envie de dire à tous nos auditeurs, à tous ceux qui sont donateurs ou susceptibles de le devenir, c’est le prix à payer de la liberté, il faut en avoir conscience. Deuxièmement, il y a plus de joie à donner qu’à recevoir, donc c’est un cadeau que vous fait RCF, c’est celui de la Joie. »

Mgr Le Saux – Evêque du Mans : « Moi je considère chez moi que la radio fait partie d’un des moyens d’Evangélisation, pas au sens de « Faire du Jésus » toutes les demies heures mais au sens du témoignage de la Joie Chrétienne. Elle rejoint des gens qui sont à la marge. Dans mon diocèse, je ferai tout pour qu’elle vive parce que c’est un des éléments aujourd’hui du paysage missionnaire du diocèse. »

Soutenez votre radio !

Tous les dons sont essentiels.
Ils permettent de financer le fonctionnement et les développements de votre radio. Par exemple :

Un micro =
300 €

( soit 5 personnes qui donnent 60 € )

Un casque =
130 €

( soit 2 personnes qui donnent 65 € )

15 minutes d'émission
=
60 €

Un emetteur =
15 000 €

( soit 75 personnes qui donnent 200 € )

66% de réduction fiscale
Vous pourrez réduire votre impôt sur le revenu de 66 % du montant de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Vous
donnez
60 €
100 €
200 €
Cela vous coûte
réellement
20,40 €
34 €
68 €